Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

L'ARAC fut fondée en novembre 1917, durant la Première Guerre mondiale, par Raymond Lefebvre, Henri Barbusse (son premier président) et des proches (dont Georges Bruyère, Paul Vaillant-Couturier, Boris Souvarine…), anciens combattants de la Première Guerre mondiale et souvent militants de la SFIO et de la SFIC.

Ils lui fixèrent quatre principaux objectifs :

- obtenir, puis défendre et étendre les droits à réparation des anciens combattants et victimes de guerre ;
- rassembler les hommes et les femmes dans l'action contre la guerre, pour la paix et la solidarité entre les peuples ;
- cultiver la mémoire de l'histoire dans un esprit de vérité.
- promouvoir les idéaux républicains de liberté, d'égalité et de fraternité et lutter contre le colonialisme et le fascisme.

Dans l'entre-deux-guerres, l'Arac était la grande organisation d'anciens combattants de gauche (proche du Parti communiste), tandis que beaucoup d'autres organisations (telle l'Union nationale des combattants) étaient (du moins en ce qui concerne leurs dirigeants), attirées par un certain nationalisme voire un activisme nationaliste.

Le premier organe de l'association, dont le titre « Le feu » avait été inspiré par l’inoubliable chef d’œuvre d'Henri Barbusse paraît sur petit format jusqu'en 1930. Le XIIème Congrès National qui se tient à Paris en octobre 1930 prit la décision d’éditer un journal grand format et fixa le titre qu'il porte encore, « Le Réveil des combattants », dont le premier numéro paraît en janvier 1931.

Au cours des années qui suivirent, l'ARAC participa à toutes les campagnes contre la course aux armements qui ruinait notre pays, contre le fascisme qui prétendait s’imposer en France, contre l’hitlérisme qui brisait le peuple allemand et constituait un danger plus grand de guerre, contre les décrets-lois spoliateurs des anciens combattants et victimes de guerre, contre la non-intervention à sens unique en Espagne, qui livrait le peuple espagnol à Franco et à ses maîtres Mussolini et Hitler.

Alors que le Réveil des Combattants comptait 10 000 lecteurs dont un millier d’abonnés en 1931, le tirage du « Réveil » atteignait 85 000 exemplaires en 1939. Ces succès valurent à l'ARAC de subir les foudres du pouvoir qui devait entraîner la France dans la débâcle en 1940. En même temps que l’Association était dissoute en septembre 1939, le « Réveil » fut interdit.

Au cours de la période de l’occupation, de nombreux militants de l’association furent emprisonnés, déportés, internés. Beaucoup d’entre eux ne revinrent pas des camps de la mort, d’autres furent fusillés par les nazis. Les rangs de l'ARAC se trouvèrent douloureusement clairsemés lorsque vint la Libération.

L’autorisation de faire reparaître le « Réveil » ne fut accordée qu’en 1946, malgré les sacrifices de nos regrettés camarades, et depuis l'ARAC et son journal poursuivent leur combat pour l'amitié, la solidarité, la mémoire, l'antifascisme et la paix.

Les principales missions de l'Arac actuellement sont  :

- La transmission du devoir de mémoire à travers la participation aux commémorations patriotiques pour promouvoir l'internationalisme et la paix

- Des missions de service juridique et social  : obtention de la Carte du combattant, du titre de Reconnaissance de la nation, de la retraite du combattant, etc…

Les adhérents de l'association bénéficient de l'assistance d'un avocat et d'un médecin-conseil pour l'obtention des pensions militaires d'invalidité.
- Un service "voyages et loisirs" : organisation de voyages, ainsi que diverses activités dans un objectif de mémoire, de civisme et d’action pour la paix et la solidarité internationale.

L'ARAC a créé des Clubs de la mémoire locaux essentiellement ouverts aux jeunes.
- Une activité mutualiste avec une mutuelle de Retraite et de Santé : rente mutualiste ancien combattant, aide aux frais d'obsèques, Compte Libre d'épargne et de retraite, mutuelle familiale de santé...

Le siège de l'ARAC du Pas-de-Calais se situe à Lens, 66 rue de la Gare.

Tag(s) : #L'association

Partager cette page

Repost 0